Une journée de vendanges dans le Médoc

Carte chance : vous êtes invité à une journée de vendanges dans le Médoc ! Retour sur cette journée du 15 octobre 2016 au Château Bolaire, dont les vignes sont précisément situées à Macau. Propriété d’Isabelle Mulliez (prononcez « mulié ») et ses fils, tout comme le Château Belle-Vue et le Château de Gironville, crus bourgeois en AOC Haut-Médoc, le Château Bolaire est en AOC Bordeaux Supérieur. En effet, ses vignes sont toutes proches de la Gironde et l’adresse éloquente : le chemin du bord de l’eau ! Vin et poésie se rejoignent, et c’est bien pour faire du vin que je suis invité. La parcelle que nous allons vendanger à la main est en effet dédiée à la production d’une nouvelle cuvée monocépage mettant à l’honneur un vieux cépage médocain : le Petit-Verdot !

Des vendanges manuelles

Dans le Blayais, on connait surtout le Merlot. J’ai également au l’occasion de vendanger à la main du Cabernet-Sauvignon et aussi du Malbec. Mais du Petit-Verdot, c’est une première ! Je dois me lever de bonne heure. Il le faut puisque depuis mon village de Cars j’ai un peu de route. De bonne heure et de bonne humeur : il fait presque 10 degrés et un beau soleil se profile… Sur place, Vincent Bache-Gabrielsen le consultant de la propriété accueille les vendangeurs, amis, voisins, anciens de la maison… pour un briefing. Petit-déjeuner, café, briefing, c’est parti. Mon smartphone à la main, pour prendre quelques photos souvenir de cette journée.

1-le-debut-de-la-journee-sous-un-soleil-bienveillant
L’air est frais mais  un soleil bienveillant s’élève peu à peu au dessus des vendangeurs.

Une parcelle de Petit-Verdot

Le Petit-Verdot est donc la star du jour. Quand on creuse un peu, qu’on s’intéresse aux différents vins de la propriété, c’est fort logique. Les 3 vins, Château Belle-Vue, Château de Gironville et Château Bolaire sont vinifiés à Gironville où se trouve le chai. Il y a une maisonnette à Bolaire mais la demeure est à Belle-Vue. Voici la superficie de chaque domaine et les encépagements des différents vins de la propriété :

– Château Belle-Vue : 15 hectares, 50% de Cabernet-Sauvignon, 30% de Merlot et… 20% de Petit-Verdot !
– Château de Gironville : 5 hectares, 50% de Cabernet-Sauvignon, 30% de Merlot et… 20% de Petit-Verdot !
– Château Bolaire : 7 hectares, 20% de Cabernet-Sauvignon, 30% de Merlot et… 50% de Petit-Verdot !!

Un cépage mis à l’honneur

Belle-Vue et Gironville partagent donc le même encépagement, dans un esprit très médocain : le Cabernet-Sauvignon est majoritaire, et on trouve du Petit-Verdot comme cépage complémentaire. Une surprise tout de même : 20%, c’est énorme. Avec Bolaire, c’est même le Petit-Verdot qui domine !

2-le-petit-verdot-des-grains-tout-petits
Les grains du Petit-Verdot sont tout petits !

Un certain nombre de crus ont du Petit-Verdot, mais généralement en petite quantité, afin de compléter les assemblages. De mémoire, une seule propriété médocaine alloue plus de 5 ou 10% à ce cépage : le Château L’Inclassable avec environ 15%. Pour vous dire à quel point ces proportions sortent de l’ordinaire et permettent d’exprimer les qualités de ce cépage. Ses tanins sont plutôt fermes et anguleux, donc plus proches du Cabernet que du Merlot. Au niveau aromatique, les épices sont le « petit plus » comparé à ces cépages. Le corps, assez structuré, révèle également une matière ample. Enfin, le Petit-Verdot apporte également une certaine fraîcheur. Donc de l’acidité et des tanins, voilà qui est favorable à la garde. Autrement dit, on récolte des petits grains… pour faire un grand vin !

3-le-petit-verdot-petits-grains-et-petit-rendement-45hl-ha
Des grains plus petits sont plus concentrés. La qualité avant la qualité, Bolaire a un rendement de 45 hectolitres par hectare.

Au regard de ses frères, ce cépage présente bien quelques faiblesses mais c’est surtout à la vigne qu’on le trouve. En effet, vous entendrez peut-être dire que ce cépage est « capricieux ». C’est-à-dire ? Réponse : la maturité des raisins peut être délicate à obtenir car c’est un cépage tardif. Et surtout, sa croissance étant rapide, il demande énormément d’attention. Jusqu’au tri des raisins qui demande également plus de temps que pour les autres cépages vu la petite taille des grains (1,5 fois plus que pour le Merlot et le Cabernet-Sauvignon = 1,5 fois plus de temps).

4-au-final-beaucoup-de-grains
Dans la remorque du tracteur… beaucoup de grains !

Le Château Bolaire bénéficie de la même attention que les autres domaines de la famille Mulliez. Il bénéficie également d’un sol majoritairement argileux : en été l’argile fissure ce qui permet à la vigne d’aller chercher l’eau plus loin. Une partie de ses vignes sont antérieures au gel de 1956 et on y trouve des pieds taillés en crucifix (voir photo ci-dessous).

6-vincent-bache-gabrielsen-et-le-pied-taille-en-crucifix
Vincent Bache-Gabrielsen nous présente les avantage de la taille en crucifix.

Ce mode de taille permet de bien répartir les grappes, favorisant un bon ensoleillement.

5-il-est-11h00-cest-la-pause
Il est 11h, les vendangeurs font une pause bienvenue.

A 11 heures, pause. On reprend des forces avant de finir les derniers rangs. On visite ensuite les installations de Gironville où l’on rejoint Vincent Bache-Gabrielsen. Consultant pour la famille Mulliez depuis 14 ans, Vincent est également consultant pour le Château Pédesclaux, cru classé en AOC Pauillac remarqué pour ses progrès récents, et pour le Château Lilian Ladouys en AOC Saint-Estèphe qui a remporté la Coupe des Crus Bourgeois en 2015.

Vincent nous fait goûter plusieurs cuves du millésime. La couleur des vins est remarquable puisqu’ils sont tous noirs ! Le moment propice pour nous livrer encore quelques secrets. Il a un faible pour la macération préfermentaire à froid : celle-ci a lieu avant la fermentation alcoolique et consiste à maintenir à très basse température la cuve pour diffuser les arômes, tout en douceur. Vincent favorise également les délestages, pratique qui consiste à vider une cuve et à la remplir en arrosant les peaux. Une opération effectuée 3 à 4 fois par jour pendant la fermentation alcoolique… Il explique que cette méthode certes laborieuse permet une extraction des tanins plus douce que les remontages traditionnellement pratiqués dans le Bordelais. La suite est ponctuée par un repas des vendanges, à vrai dire plutôt un festin qu’un déjeuner.

8-ch-de-geronville-2009-en-jeroboam-on-est-gates
Gironville 2009 en Jéroboam, nous sommes gâtés.
7-jerome-pineau-le-regisseur-avec-la-coupe-des-crus-bourgeois-remportee-cette-annee-par-belle-vue
L’équipe des vignobles Mulliez autour de la Coupe des Crus Bourgeois 2016, remportée par Belle-Vue.

Photo de groupe avec la Coupe des Crus Bourgeois 2016 remportée par Belle-Vue, dans les bras de Jérôme Pineau le régisseur. L’ambiance familiale de la journée semble également entourer l’équipe professionnelle, jeune et dynamique. Beaucoup d’ondes positives, voici peut-être un autre secret du vin dans lesquels on les retrouve…

9-belle-vue-une-jolie-demeurre
Belle-Vue, une charmante demeure.

Le repas terminé, tout le monde est parti, ou presque. Allez, une dernière photo et on rentre.

10-belle-vue-tout-le-monde-est-parti-ou-presque

On termine cette journée photo avec un bonus : l’art de déverser la hotte.

bonus-lart-de-deverser-la-hotte-1-sur-3-le-porteur-grimpe-a-lechelle
Le porteur de hotte grimpe à l’échelle.
bonus-lart-de-deverser-la-hotte-2-sur-3-le-porteur-flechit-le-corps
Il effectue une rotation du buste…
bonus-lart-de-deverser-la-hotte-3-sur-3-le-porteur-vide-la-hotte
…et le contenu de sa hotte se déverse dans la remorque du tracteur.
Publicités

Laissez votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s