Portes ouvertes Pessac-Léognan 2013, les photos (2/2 : Château Couhins)

Après le Château Pape Clément, propriété de Bernard Magrez, suite des portes-ouvertes de l’AOC Pessac-Léognan avec le Château Couhins, propriété de l’INRA. C’est parti, bienvenue au…

Couhins fûts
Château Couhins

Château Couhins est une propriété ancienne aux « confins » (comme son nom l’indique) de Villenave d’Ornon. Ce vignoble permet à l’INRA d’expérimenter de nouvelles techniques notamment en matière de viticulture.

Couhins-Lurton, le voisin
Sur la route, on aperçoit le Château Couhins-Lurton, propriété d’André Lurton née du rachat de deux hectares à l’INRA dans les années… 50, si ma mémoire est bonne. Par la suite, les deux propriétés se sont rendues des services mutuels. Par exemple, la vinification des premiers millésimes a été faite chez son voisin.

Couhins chai
Dans les chais, un cuvier moderne a été aménagé. A gauche, les cuves sont plus récentes : les anneaux qu’on aperçoit servent à assurer une thermorégulation homogène en faisant circuler de l’eau (au besoin froide ou chaude) pendant la fermentation. A droite, les cuves sont d’une génération plus ancienne. A l’intérieur de chacune, des panneaux installés au centre des cuves assurent la thermorégulation, à l’instar des anneaux visibles sur les cuves plus récentes, qui constituent une méthode plus efficace.

Couhins cuves
La cuve de droite méritait une photo. Et pour cause, il s’agit de deux cuves superposées ! D’où les deux portes. Je crois que la cuve du bas accueille une capacité de 26 hectolitres, l’équivalent d’un demi hectare dans cette appellation. Chaque cuve prend beaucoup de place. L’INRA a trouvé un moyen d’en économiser !

Cuvier Couhins
Tout ce qui est petit est mignon. Les différentes cuves servent à tester différents types d’élevages. On ne les voit pas mais, au fond à droite, se cachent des cuves encore plus petites faites en acier revêtu de résine. D’après notre hôte, leur principal intérêt est de pouvoir travailler des petits volumes.

Passons aux choses sérieuses avec une dégustation finale, assez chaleureuse, et les trois servis :

Le Moulin de Couhins 2012 (blanc, second vin du cru classé)

Bel arôme, pur, de citron vert, complété par des notes d’agrumes et de fruits exotiques. En résumé, du jus de citron vert pressé ! Très sympa.

Château Couhins 2011 (blanc, cru classé)

Plus subtil que son petit frère, Couhins 2011 offre davantage de fraîcheur et de complexité avec des notes florales et un côté minéral. Il est aussi un peu plus gras, un côté sur lequel je ne me suis pas attardé sur Le Moulin 2012.

Château Couhins 2011 (rouge)

Sur les fruits rouges au nez comme en bouche avec un boisé discret, un bon équilibre et des tanins très doux. L’élevage, qui dure un an, y est forcément pour quelque chose : partagé à moitié entre fûts neufs et fûts de un vin, c’est une bonne formule pour les vins ambitieux. Le tout fûts neufs peut conduire à un excès, tant au niveau du goût que de la texture. Dans les deux cas, c’est alors préjudiciable. Bref, celui-ci m’a bien plu.

Couhins salle de dégustation
On se quitte avec cette vue de l’intérieur de la salle de dégustation, qui concilie modernité et tradition, avec l’alliance d’un design original et de matériaux nobles, bois en tête. J’aurais bien pris l’extérieur en photo également mais ce sera pour une prochaine visite car il faisait déjà nuit quand nous sommes partis !

 

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Portes ouvertes Pessac-Léognan 2013, les photos (2/2 : Château Couhins) »

Laissez votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s