France : bilan des régions touchées par la grêle au cours de l’été 2013

Pour les viticulteurs, la grêle est en tête de liste des fléaux divins. En vérité, le phénomène relève plutôt des plans du malin, tant ses effets sont potentiellement dévastateurs pour les cultures. Si les secteurs concernés sont nombreux, parmi eux l’agriculture est assurément le plus touché. Concernant précisément la viticulture, certains vignobles ont été décimés par endroit à 100% ! Avec un impact sur plusieurs années… le temps que la vigne s’en remette. La liste actuelle est temporaire car la menace est permanente. Espérons quand même qu’on en reste là.

Une histoire que j’ai entendu plusieurs fois : on a déjà vu un vigneron attendre un jour supplémentaire pour vendanger plus mûr, et ne rien ramasser le lendemain car la grêle avait détruit la récolte d’une année… en quelques minutes ! Une légende rurale bien réelle… Tour de France des vignobles touchés par la grêle :

Vouvray, le premier touché

La grêle a frappé le 17 juin. Quelques chiffres suffisent à dresser le constat. Il y a 160 producteurs dans l’appellation Vouvray. Les deux tiers ont été touchés. Le tiers a perdu plus de 70% de sa récolte. Pour certains, on monte à 100%. Peu étonnant quand on apprend que certains grêlons avaient la taille d’un œuf de poule ! Un arrêté préfectoral devrait exceptionnellement permettre aux producteurs dépourvus d’acheter du raisin à leurs voisins épargnés.

Cahors, dans la foulée

A Cahors, la date fatidique est celle du 18 juin. Sur les 4.000 hectares de l’appellation Cahors, 250 ont été sévèrement touchés. « Je me suis installé en 2006, j’ai grêlé déjà quatre fois, la dernière fois en 2010. Mais jamais comme ça », a témoigné Fabien Jouves du Mas del Perié à Terre de Vins. C’est une vérité impitoyable : la grêle frappe très souvent au même endroit, empruntant les mêmes couloirs aériens, en raison du relief et peut-être de l’existence de champs magnétiques.

La Bourgogne : Beaune, Savigny, Pommard

En Bourgogne, la grêle est tombée le 23 juillet, autour de 15h30. Le précédent constat se répète pour la Côte de Beaune, où Pommard et Volnay avaient déjà été touchés l’an passé. A Volnay, 5 épisodes de grêles dévastateurs ont eu lieu entre 2001, 2004, 2008, 2012 et 2013. Ceux-ci n’étaient pas aussi répétés auparavant, aussi les viticulteurs locaux s’interrogent sur la cause de ce changement… climatique. Si la grêle peut tomber seule, cette fois elle était accompagnée de vents violents et de fortes pluies, qui ont duré 2 heures. Dans ces secteurs, 30 à 90% de la récolte ont d’ores et déjà été amputés. Au total, ce sont 6% du vignoble bourguignon qui ont été dévastés.

Le Bordelais : Entre-Deux-Mers et Libournais

26 juillet au soir. A Cars, nous étions quelques uns à dîner dehors, quand le temps a changé. Le Blayais a été épargné par la grêle, mais nous avons eu beaucoup d’éclairs et beaucoup d’eau (de mémoire, 40 ml dans la nuit ?). Nous étions donc quelques uns à prendre le dessert dedans… A Bordeaux, de nombreux foyers ont été privés d’électricité, et on a pu voir aux informations de véritables torrents sillonner certaines rues de la ville. Au final, concernant la grêle, ce sont 11% du vignoble girondin qui sont concernés, dont la moitié presque entièrement ravagée. Les appellations touchées sont les suivantes : Bordeaux, Bordeaux Supérieur, Castillon Côtes de Bordeaux (anciennement Côtes de Castillon), et Entre-Deux-Mers. Pour un total de 500 exploitations viticoles privées de leur récolte 2013, sur un peu plus de 7.000 dans le département (environ 7%).

Ailleurs aussi la grêle a fait des dégâts : en Dordogne, à Carcassonne, dans l’Aude et le Limouxin… D’autres régions encore ont pu être touchées, car le phénomène est très localisé. Le Château Gruaud-Larose à Saint-Julien (un des grands crus classés en 1855 du Médoc) s’est équipé de canons anti-grêle pour parer au pire, même si leur efficacité reste encore à prouver. La grêle, nous l’avons vu, frappe donc souvent au même endroit. Empruntant des couloirs aériens, ce fléau divin peut rayer une parcelle de la carte et épargner celle du voisin, distante de quelques mètres. Allez savoir pourquoi… les voies du Seigneur sont impénétrables.


Sources

http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o40866-un-mois-apres-la-grele-vouvray-panse-ses-plaies#ixzz2dGrK88Ta

http://www.terredevins.com/la-grele-ravage-aussi-cahors/

http://www.lavigne-mag.fr/actualites-viticulture-vin/cahors-pres-de-250-ha-de-vignes-grelees-73985.html

http://www.bourgogneaujourdhui.com/actualites/la-grele-fait-de-gros-degats-sur-le-vignoble-de-la-cote-de-beaune_77.4.htm

http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/17/les-canons-antigrele-auraient-il-pu-sauver-le-vouvray_n_3452854.html

http://www.rfi.fr/france/20130815-etat-vignoble-francais-sinistre-grele-vin

 

One thought on “France : bilan des régions touchées par la grêle au cours de l’été 2013

Laissez votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s