1855.com face aux troubles judiciaires

Arnaque ou gestion erratique ? Les choses ont pris une telle ampleur que la première hypothèse semble l’emporter.

Alors que Maître Vavasseur, avocat parisien, met en garde contre les risques de l’achat de vin en primeur depuis plus d’un an, le nombre de plaintes contre l’un des sites marchands leaders continue d’augmenter (son article apparait d’ailleurs dans la rubrique des Liens intéressants de ce blog où il figure depuis janvier 2012).

Le logo de l’association Abus 1855.com au Bénéfice des Clients Spoliés par 1855.com

L’origine du scandale 1855.com

Ou les raisons de cette crise : la vente de grands crus en primeur sur le site, c’est-à-dire alors que les vins sont toujours en cours d’élevage. Cette tradition bordelaise permet de présenter en avant-première à la presse spécialisée et aux marchands du monde entier le dernier millésime (en général en mars-avril). Pour le producteur, une vente de primeurs génère une trésorerie et pour le client c’est un moyen d’acheter les vins moins chers s’il est prêt à patienter. Les vins n’étant pas disponibles et donc livrables avant une année environ, les gérants du site ont pu placer l’argent des commandes au lieu d’acheter directement ces vins. Ils espéraient certainement profiter de leurs placements pour acheter le vin plus tard, en ayant gagné des intérêts au passage. Or le prix des grands crus a tellement augmenté dans ce laps de temps que l’entreprise s’est révélée être dans l’impossibilité d’acheter ces vins qu’elle avait pourtant déjà vendu, un an plus tôt!

Pourquoi on entend parler d’arnaque

L’arnaque consiste peut-être en ce point : alors que le site s’est révélé incapable d’assurer les livraisons des ventes en primeur précédentes, les ventes continuent – avec le même risque de non livraison pour les nouveaux clients. En effet, l’entreprise propose de rembourser ses clients non livrés d’un montant qui correspond au prix du vin au moment de vente, et non au prix du vin au moment de la livraison. Or en un an, ces vins ont beaucoup augmenté de sorte que virtuellement le client a perdu de l’argent (on pourrait parler de gain manqué ou de manque à gagner). L’entreprise, qui a été payée au moment de la commande, soit un an plus tôt, a quant à elle pu faire fructifier cet argent(*). Et gagner des intérêts sur le dos d’un client qui n’a pas reçu son vin et qui en plus doit faire des pieds et des mains pour être remboursé.

Fait assez exceptionnel, La Revue du Vin de France consacre un dossier entier au sujet, intitulé 1855.com : le problème récurrent des vins non livrés.

—————————————————————-

(*) C’est ce que laisseraient en tout cas penser les comptes de la société, bénéficiaires en 2011 de 1,11 million d’euros, même si elle a enregistré des pertes par le passé.

Sources :

http://www.sudouest.fr/2013/03/23/1855-com-les-plaintes-abondentclients-en-colere-et-gros-benefices-1003558-2780.php#xtor=EPR-260-[Newsletter]-20130324-[les_plus_envoyes
En fait d’article, il s’agit d’un entretien avec l’avocate qui gère 200 dossiers de clients mécontents.

http://www.abus1855.org/
Le site de l’association des clients mécontents du site de vente en ligne.

http://www.larvf.com/,vins-1855-com-problemes-livraisons-arnaque-defense-clients,13181,4246554.asp
Le dossier intégral de la RVF.

http://www.gregoryvavasseur.com/blog/2012/01/02/LA-VENTE-DE-VIN-EN-PRIMEUR-ET-SES-PIEGES.aspx
Une mise en garde sur les risques d’acheter du vin en primeur, par un confrère blogueur et avocat.

2 thoughts on “1855.com face aux troubles judiciaires

Laissez votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s