Le Château de Lugagnac passe sous pavillon chinois

C’est le premier domaine bordelais vendu à des Chinois en 2013. Ces dernières années, une trentaine de propriétés ont déjà été acquises par un ressortissant de l’Empire du Milieu. Un rythme frénétique qui semble donc destiné à se poursuivre cette année.

Le château de Lugagnac et son vignoble ont été acquis pour un montant resté confidentiel.
Le château de Lugagnac et son vignoble ont été acquis pour un montant resté confidentiel.

Le Château de Lugagnac est une très ancienne  propriété de 180 hectares dont 77 de vignoble, plantés essentiellement en Merlot pour le rouge et en Sauvignon pour le blanc. Le château lui-même a été construit pendant la Guerre de Cent Ans. 80% de sa production sont destinés à l’export. Sans tenir compte de l’aspect historique qui a dû jouer un rôle dans l’acquisition, ce n’est donc peut-être pas un hasard si l’acheteur a jeté son dévolu sur cette propriété. En effet, les vins se vendent jusqu’à dix fois plus chers en Chine ! Un pays qui est devenu en 2012 la première destination des vins bordelais à l’export, en volume comme en valeur.(*)

Parmi les propriétés déjà passées sous pavillon chinois, la plus prestigieuse est le Château Bellefont-Belcier, un cru classé de Saint-Emilion. C’est d’ailleurs le seul cru classé concerné. Les achats de vignoble visent, à l’image de la dernière transaction, des propriétés situées dans les AOC Bordeaux Supérieur ou Côtes de Bordeaux. Mais leurs néo-propriétaires envisageraient dans bien des cas d’autres acquisitions à l’avenir, plus prestigieuses celles-ci. Autrement dit : les grands crus sont dans leur ligne de mire.

Avec pour l’heure 30 propriétés sur plus de 7.000 – pour un seul cru classé –, Georges Haussalter le président du Comité Interprofessionnel des Vins de Bordeaux confesse que « c’est encore marginal ».Les Belges conservent le premier rang des propriétaires étrangers à Bordeaux avec 45 exploitations. Néanmoins, si la tendance se confirmait, cela pourrait changer dès cette année.


(*) Evidemment, ce n’est pas le producteur qui vend son vin dix fois plus cher puisqu’il le vend à un prix de gros. Il faut avoir un réseau sur place pour se le permettre, et les acquéreurs asiatiques l’ont déjà : généralement, ce sont des hommes d’affaires qui diversifient leurs activités. Le prix final est donc dû au coût du transport, à une taxe à l’importation de 48%, aux marges des intermédiaires et, enfin, à celle du revendeur (sans doute la plus importante).

Sources :

http://www.terredevins.com/bordeaux-le-chateau-de-lugagnac-vendu-a-un-groupe-chinois/

http://www.sudouest.fr/2013/01/10/pellegrue-33-le-chateau-de-lugagnac-vendu-a-un-groupe-chinois-930338-713.php

 

One thought on “Le Château de Lugagnac passe sous pavillon chinois

Laissez votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s