Vendanges dans le Bordelais, un petit reportage-photos

———— ARTICLE ACTUALISÉ AU FIL DES JOURS ———

— Première partie —
Château Crusquet Sabourin : les vendanges ont commencé !

MARDI 9 octobre 2012

Nous sommes en plein cœur de l’AOC Blaye – Côtes de Bordeaux. Les trois premiers clichés ont été pris sur la commune de Cars, mitoyenne de Blaye.

Le signal de départ a été donné lundi matin. Avec une machine à vendanger de la dernière génération (avec tri pétiolaire intégré(*)), il faut compter 8 jours pour ramasser toute la récolte, sur une quarantaine d’hectares. Mais les vendanges dureront certainement 2 semaines : pas question de ramasser le raisin tant qu’il n’est pas entièrement mûr. Certaines parcelles attendront !

Machine à vendanger en action

Mardi, sur le haut plateau de Cars, en allant vers Plassac. Au fond à droite, vous pouvez apercevoir la Gironde.

En parlant de la couleur du ciel, le temps est très nuageux. Mais cela n’entache pas la bonne humeur de l’équipe : pour l’instant, l’état sanitaire dans les vignes est parfait.

grappes de cabernet-sauvignon

Cette teinte bleutée que vous pouvez admirer ci-dessus est celle du Cabernet-Sauvignon. Comparé au Merlot (aussi appelé Merlot Noir) les grappes et les baies du Cabernet-Sauvignon sont plus petites. Plus petites également que celles du Merlot, ses feuilles sont aussi plus ciselées.

Plus précoce, seul le Merlot est ramassé cette semaine. Pour le Cabernet-sauvignon, dont la maturité est plus tardive, cela attendra la semaine prochaine.

un des plus beaux clochers français ?

L’église Saint-Pierre de Cars et son clocher polychrome.

Si vous ne la reconnaissez pas, mettez vos lunettes : par rapport à la bannière du blog, nous sommes ici de l’autre côté. ;)

— Deuxième partie —
Récolte à Plassac, une commune viticole au cœur du Blayais

SAMEDI 13 octobre 2012

Avec les photos qui suivent, nous quittons le Château Crusquet Sabourin pour nous retrouver sur une autre commune mitoyenne de Blaye, celle de Plassac. Et sur un autre domaine : celui du Château Bellevue. Le temps passe vite, nous sommes déjà samedi !

vendangeuse mécanique au milieu des vignes

Ce véhicule, avec son tri intégré, est un petit bijou qui avance à une vitesse comprise entre 2,5 et 3 kilomètres par heure. Très maniable, il nécessite néanmoins un chauffeur expérimenté.

le Merlot mûrit sous le soleil de Bordeaux

Et voici le Merlot Noir. Même si le Soleil éclaire les baies, celles-ci paraissent plus sombres que celles du Cabernet-Sauvignon. Les grappes sont aussi plus compactes et plus grosses. Mais pas trop car le rendement est faible ici. Le raisin non plus ne parait pas tellement plus gros. En effet, comme vous pouvez le juger par vous-même, nous sommes encore sur un coteau très bien exposé  :

vue panoramique à la frontière entre le Blayais et le Bourgeais

Le site ne s’appelle pas « Bellevue » pour rien. Au second plan, notre regard se pose sur une autre appellation, celle des Côtes de Bourg. La photo ci-dessous nous permet un peu plus loin vers la droite de retrouver la Gironde et, sur l’autre rive, le Médoc. Le Blayais fait face aux prestigieuses appellations du Médoc. Si on peut voir celle de Saint-Julien depuis la Citadelle de Blaye, on peut apercevoir celle de Margaux(**) depuis les coteaux de Plassac (vers la gauche).

La Gironde : son département est le plus grande de France, son estuaire le plus grand d'Europe, et ses vins les plus grands du monde.
Au milieu de l’estuaire : l’île Verte, qu’on confond généralement avec l’autre rive. Peu esthétiques, les fils électriques permettent quand même de se faire une idée de la déclivité du terrain. Ici, l’inclinaison oscille entre 15% et… 25% de pente selon les parcelles !


(*) Dans le monde végétal, le pétiole est la tige qui relie une feuille à sa branche. C’est un élément indésirable pour le vinificateur car – comme les feuilles et les raisins verts – il donne un goût végétal au vin. Or cette machine à vendanger évince ces éléments végétaux pour ne garder, autant que faire se peut, que le raisin. Ce tri intégré est donc un véritable atout. Je posterai une photo dans quelques jours pour illustrer mon propos.

Dans la remorque du tracteur. D’aussi près, on voit bien pourquoi ce cépage s’appelle le Merlot Noir.

(**) Une photo que je n’ai pas pris moi-même : sur cette image satellite (merci Google !), j’ai entouré en rouge Plassac et Cars. Le A indique ma position sur la commune de Plassac. Un point duquel nous sommes, à vue de nez, à 1,5km de l’estuaire et à 6km du Garden Golf de Margaux, en face, sur la rive gauche.
vue des vignes depuis un satellite
(CLIQUEZ SUR L’IMAGE POUR L’AGRANDIR)

— Troisième partie —
Un petit tour dans le Médoc, sur la commune de Listrac

Lundi 15 octobre 2012

Je laisse les notes de bas de page précédentes en milieu de page afin de profiter de la carte ci-dessus : sur celle-ci on aperçoit en effet Listrac-Médoc, à l’intérieur des terres (tout à gauche).  Comme j’ai eu l’occasion d’y aller aujourd’hui, en voici un aperçu. On commence avec cette vue depuis la route du Médoc :

Non loin du Château Fonréaud...

Le temps est parfait pour une petite ballade.  Un peu plus loin, un petit domaine exploité par la famille Chanfreau, le Clos des Demoiselles :

Une photo prise dans le Médoc, à Listrac, en automne 2012

Ici, certaines parcelles sont vendangées à la main. Mais nous retrouvons aussi les fameuses machines à vendanger.

2 machines à vendanger, pour aller 2 fois plus vite !

De l’aveu de mon père, une machine équivaut à une centaine de vendangeurs. Ci-dessus, vous avez donc 200 vendangeurs sous les yeux !

Jean Chanfreau dans son chai à Listrac

Le Clos des Demoiselles est vinifié dans les chais du Château Fonréaud, dont cette photo donne juste un petit aperçu. Jean Chanfreau pose au-dessus de sa table de tri. Malheureusement, il est déjà temps de partir. Sur la route du retour, on peut croiser quelques jolies propriétés.

Devant la grille du Château La Lagune...

Château La Lagune, un cru classé. D’ici, impossible de voir les nouveaux chais. Un peu plus loin en revanche, on passe devant une charmante chartreuse :

La Lagune, une belle chartreuse girondine

Nous n’avons pas la même chance en passant devant le Château Cantemerle, un autre cru classé :

Devant les grilles du Château Cantemerle...

Pas ma meilleure photo. Comment on efface ces fils avec Photoshop ? Avant de quitter le Médoc, on se rattrape avec le Château d’Agassac, qui est une exploitation viticole, mais également un véritable château :

Le Château d'Agassac a des airs de conte de fées ?

C’est fini pour aujourd’hui, merci d’avoir passé ce moment en ma compagnie ! La prochaine fois, nous irons faire un tour dans les chais. Les vendanges, tardives cette année, sont bientôt terminées. Mais les vinifications ne font que commencer. La fermentation alcoolique dure 3 semaines, et nécessite une attention et des opérations toutes particulières. C’est une autre étape cruciale, pour laquelle j’aurai le plaisir de vous retrouver très prochainement. A bientôt !

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Vendanges dans le Bordelais, un petit reportage-photos »

Laissez votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s