Un aperçu des vendanges 2014

Tags

, , , , , , , , ,

Après un millésime 2013 marqué par des conditions météo difficiles, comment s’annonce le millésime 2014 ? Les producteurs de vin blanc démarrant toujours plus tôt, certains ont déjà commencé les vendanges.

On peut lire ici ou là que la récolte sera meilleure, très probablement en qualité, sans aucun doute en quantité. Par exemple, le Decanter mag rapporte pour le Bordelais des chiffres concernant la récolte en cours ou à venir qui sont plutôt impressionnants. Jugez par vous-même  :

+52% par rapport à 2013

+8% au-dessus de la moyenne des cinq derniers millésime (2009-2010-2011-2012-2013)

Ces stats (1) sont en réalité fort logiques quand on sait qu’en 2013 certains viticulteurs n’ont même pas vendangé ! 2013 étant une année creuse, ce millésime plombe donc les statistiques.

Ma famille produisant exclusivement des vins rouges, les vendanges attendront encore quelques semaines chez nous.

A Blaye où nous sommes et dans le Bordelais en général, je dirais pour ma part que cela s’annonce très bien : pas de sécheresse, des pluies régulières mais sans excès, du soleil… La maturité des raisins était très en avance au mois de juillet, au point de laisser présager un record de précocité.

Depuis, les caprices de la météo ont quelque peu ajusté l’échéance mais procuré un juste apport en eau – que la vigne a mieux apprécié que les vacanciers. Le raisin est beau et si le mois de septembre est placé sous le signe de l’été indien, alors la qualité du raisin pourrait être élevée et placer les viticulteurs dans les meilleures conditions. Un millésime de quantité et de qualité, c’est ce qu’évoque sur son blog le journaliste Laurent Gotti en Bourgogne, autre grande région viticole française.

Pour illustrer mes propos, on finit avec ces deux photos prises hier soir sur mon village de Cars, en Gironde, quelques instants avant le coucher du soleil :

Le merlot se plait sur un sol argileux.

Le merlot se plait sur un sol argileux. Naturellement frais et humide, il lui permet d’affronter la sécheresse estivale. Sans pour autant craindre l’humidité si le sol est bien drainé.

Les grappes sont homogènes, pas de millerandage cette année.

Les grappes sont homogènes, nous n’aurons pas de millerandage* cette année. Le mois de juin a été exécrable l’an dernier, favorable cette année.

*En 2013, les pluies du mois de juin avaient abîmé les fleurs. Quand la floraison se passe dans de mauvaises conditions climatiques, les grappes sont hétérogènes : les fleurs étant abîmées ne donnent pas toutes des baies et celles qui sortent le font avec un décalage… en raison des écarts de maturité, on trouve donc au moment des vendanges des raisins de toute les tailles et avec des maturités diverses. Les grappes sont petites et hétérogènes, et la qualité du vin s’en ressentira. En 2014, nous échappons à ce scénario.


Source

(1) : Decanter magazine

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 188 autres abonnés